Exit : L’escape room mis en boîte Test JDS

Exit : L’escape room mis en boîte

Cela fait des mois qu’on en parle, les escape games arrivent en force sur nos tables de jeu. Pourtant, à bien y regarder, l’offre reste encore un peu faible en la matière dans les boutiques françaises. Bien sûr, Unlock est là pour porter haut le flambeau, mais qui pour lui tenir compagnie ? Précédée d’une excellente réputation, et même récompensée par le prestigieux Kennerspiel des Jahres 2017, prix allemand du jeu de l’année dans la catégorie experts, la série Exit est désormais disponible en français, et avec elle une vision très rigoureuse de l’escape room.

Cela fait près d’un an que le milieu du jeu de société s’amuse à opposer les deux poids lourds de l’escape games : Unlock! et Exit : Le Jeu, passant globalement sous silence les autres tentatives faites dans le domaine comme les séries Escape Room : The Game, ou Escape the Game. Si tout le monde s’accorde pour saluer la qualité des jeux en question, le débat s’attarde souvent sur un point qui distingue inévitablement la série Exit de la masse : le fait que ses auteurs Inka et Markus Brand ne reculent devant rien pour imaginer de nouvelles énigmes, quitte à plier, couper ou écrire sur le matériel s’il le faut. Chaque jeu de la série Exit est donc une expérience unique à découvrir et jouer une seule fois. À moins de s’embêter à photocopier ou décalquer chaque élément, vous ne pourrez pas prêter le jeu à un ami une fois l’aventure terminée. Scandale ? À vous de trancher. De mon côté, oui je trouve dommage de ne pas pouvoir reprendre le jeu dans un an lorsque ma cervelle ramollie aura tout oublié des énigmes, en revanche, je dois bien concéder que c’est justement son côté jusqu’au boutiste totalement assumé qui donne beaucoup de caractère à la série et lui ouvre surtout les portes de puzzles réellement innovants et surprenants. Et puis bon, à 12 euros l’aventure, on reste largement en dessous du prix d’une vraie escape room pour finalement profiter d’un plaisir tout aussi grand.

Oui, je le dis, le plaisir est bel et bien là. Exit est même la série d’escape games qui parvient le mieux à reproduire le sentiment d’être enfermé dans une escape room traditionnelle, dans le sens où toute la progression évolue autour d’un enchaînement de puzzles et d’énigmes à résoudre, presque les uns après les autres, pour ouvrir tiroir et coffre, trouver de nouvelles énigmes et finalement ouvrir la porte de sortie. Comme bien des escape rooms, la narration se retrouve aussi limitée à son pitch initial (vous êtes enfermés, à vous de sortir) obligeant les joueurs à se focaliser entièrement sur les casse-têtes et sur la façon de les résoudre. Et c’est là où Exit brille tout particulièrement. Tel McGyver coincé dans un cagibi prêt à exploser, les joueurs n’ont que leurs neurones et les différents éléments mis à leur disposition pour s’en sortir. Et autant le dire, il faudra parfois se montrer très créatif pour avancer, ou comme les anglais le disent « think outside the box » ­— penser en dehors de la boîte…

Sur la dizaine d’aventures déjà parues chez nos voisins allemands, seuls trois scénarii seront disponibles en France avant la fin 2017 : La Cabane Abandonnée (sortie fin août), Le Tombeau du Pharaon (sortie début septembre) et Le Laboratoire Secret (sortie fin septembre). En dehors de la thématique qui parlera plus ou moins à chacun d’entre vous, toutes les boîtes partagent la même ingéniosité dans les énigmes, avec ceci dit un gros coup de cœur pour Le Tombeau du Pharaon, réellement bluffant sur deux énigmes incroyablement bien vues. Toutes partagent aussi la même mécanique de jeu, centrée autour d’un disque décodeur pour valider les réponses aux énigmes. En clair, les puzzles aboutissent tous à un code de trois chiffres/couleurs/symboles qu’il convient de saisir sur le disque. Celui-ci révèle alors le numéro d’une carte qui à son tour finira par nous révéler si la réponse donnée est la bonne ou non. Le système semble plutôt rudimentaire, mais dans la pratique, il se montre extrêmement bien pensé. Et le fait d’avoir à manipuler un disque de carton renvoie directement aux sensations que l’on peut avoir lorsque l’on tente d’ouvrir un cadenas dans une vraie escape room.

Contrairement à l’une des règles d’or des escape games, Exit choisi de reléguer le chrono au second plan. Vous pouvez toujours mesurer le temps mis à terminer le jeu, mais rien ne vous y oblige. Cela sera simplement utile si vous souhaitez obtenir un score final, calculé en fonction du temps, donc, mais également du nombre d’indices reçus. Effectivement, si le niveau des énigmes est parfois bien relevé, Exit n’est pas fait pour vous piéger. Ainsi, chaque énigme est accompagnée de trois cartes que vous pourrez consulter à votre loisir. Les deux premières livrent des indices de plus en plus précis, alors que la troisième donne carrément la solution. Tout est donc là pour que vous arriviez bien au bout de l’aventure. Et puisque nous parlons de difficulté, le niveau monte crescendo suivant l’ordre de sortie. L’aventure la plus facile est bien La Cabane Abandonnée, tandis que la plus difficile est à mon sens Le Laboratoire Secret. Autant donc les prendre dans l’ordre, si possible, même si aucun fil conducteur ne les lie entre elles.

C’est évident, le concept ne plaira pas à tout le monde. On ne peut nier qu’Exit n’est finalement qu’une collection d’énigmes, un recueil plutôt aride de puzzles qui n’ont pas toujours de rapport avec l’action du moment, ni même parfois avec la thématique générale de l’aventure. Pour certains, Exit n’est pas un jeu de société, mais plutôt une activité, voire même un cahier de vacances à ranger dans le même registre que Télé 7 Jeux et autres almanachs de sudoku. Chacun se fera une opinion de la chose, mais dès lors que l’on accepte qu’il s’agisse d’un escape room dans une boîte, alors il n’y a pas à tourner autour du pot : Exit excelle en la matière. D’une part, les énigmes sont réellement bien trouvées, mais le format est également bien plus propice à inclure l’ensemble des joueurs sur une même énigme. Au lieu d’être éparpillé aux quatre coins de la pièce, tout le monde est ici réuni autour de la même table pour cogiter de concert. Enfin, même en décidant de soloter une aventure, ce qui est bien sûr possible, le billet d’entrée est bien moins élevé qu’un vrai escape game. En clair, si vous aimez le genre, ces trois boîtes vous tendent les bras.

Une aventure démo est disponible en téléchargement gratuit sur le site de l’éditeur Iello.

L'avis d'extralife
  1. Auteurs : Inka et Markus Brand
  2. Illustrateurs : Silvia Christoph, Franz Vohwinkel
  3. Éditeur : Iello
  4. Genre : Aventures, Énigmes
  5. Nombre de joueurs : 1 à 6 joueurs
  6. Date de sortie : Août 2017
  • Dès la première aventure, j'étais déjà séduit par le principe d'Exit. Après avoir terminé les trois boîtes disponibles en France, je suis absolument conquis. Non seulement les énigmes sont intéressantes, mais les auteurs se donnent les moyens d'aller au bout de leurs idées en utilisant absolument tous les éléments mis à leur disposition pour trouver de nouvelles idées originales. Le travail d'édition est à ce titre remarquable puisqu'il autorise directement quelques belles trouvailles dans les puzzles… Il n'y a plus qu'à espérer que ces éclairs d'originalité se retrouvent aussi dans les prochaines aventures d'ores et déjà attendues avec beaucoup d'impatience.
5

La découverte de BurgerTime aux débuts des années 80 aura clairement affecté la vie de ce grand bonhomme. Non seulement, Jihem a développé une passion pour les jeux vidéo, mais il a également choisi de s'installer au pays du hamburger. Sa mère est plutôt heureuse qu'il n'ait pas découvert les jeux avec Boogerman.

Soutenez ExtraLife

A voir aussi

Réponse