Les Aventuriers du Rail : Allemagne – Pour prendre le train en marcheTest JDS

Les Aventuriers du Rail : Allemagne – Pour prendre le train en marche

Toujours prêt à explorer de nouvelles parties du globe, Les Aventuriers du Rail revient avec une grosse boîte pour parcourir les voies ferrées d’Allemagne. Hop, hop, hop. Pas si vite… Une version germanique existe déjà, non ? Il y en a même deux. D’abord l’édition Märklin, aujourd’hui épuisée et donc pratiquement introuvable, et puis la version Deutschland réservée aux boutiques d’outre-Rhin. Qu’apporte donc ces Aventuriers du Rail : Allemagne ?

D’abord, et peut-être l’élément le plus important, Les Aventuriers du Rail : Allemagne est disponible partout. Pas besoin de faire les brocantes pour dénicher Märklin ou d’importer la boîte Deutschland pour jouer sur le plateau allemand. Ce plateau reprend d’ailleurs exactement les mêmes tracés que les deux autres versions, avec un réseau de routes grisées très courtes condensées autour de la zone clé de Cologne, Düsseldorf et Frankfort, et de longues lignes droites dans le nord-est du pays. On trouve également quelques pays frontaliers permettant de remplir des tickets internationaux, comme dans la version Europe. Suivant le nombre de joueurs, le quadrillage du plateau oscille entre un équilibre plutôt respecté à 4 ou 5 joueurs et une vision beaucoup plus coupe-gorge lorsque seulement 2 ou 3 joueurs s’affrontent. Cela est notamment dû à l’abondance de routes doubles et même triples dans le sud-ouest du pays, considérées comme des routes simples lors de parties à 2 ou 3 joueurs.

Réseau serré autour de Frankfort.

Vous le savez, l’arrivée d’une nouvelle boîte dans la série est toujours l’occasion de découvrir une façon de jouer plus ou moins novatrice. Fidèle à ses habitudes, l’éditeur Days of Wonder réserve systématiquement les gros changements à ses extensions et sa collection de plateaux, et n’apporte que de légères modifications de règles à ses grosses boîtes – ceci certainement dans le but de ne pas trop dénaturer l’expérience générale et d’encourager ceux qui en veulent plus à se tourner vers les extensions séparées. En tant que grosse boîte, Les Aventuriers du Rail : Allemagne ne propose donc pas de gros bouleversements à la série. Cette édition contient donc tout le matériel nécessaire pour accueillir jusqu’à 5 joueurs et ses deux petits twists concernent principalement la répartition de tickets en destinations courtes et longues et l’arrivée de voyageurs sur le plateau.

La différentiation des destinations permet aux joueurs de mieux gérer leur partie en s’essayant à des trajets plus ou moins compliqués suivant leurs cartes, ou simplement leurs envies, sachant qu’un ticket court rapporte évidemment moins de points qu’un ticket long. Dès la phase de mise en place, chacun peut librement choisir la combinaison de destinations courtes et longues avec laquelle il ou elle débutera le jeu. On apprécie forcément cette flexibilité qui limite aussi le facteur chance au moment de piocher de nouvelles destinations.

Pour ce qui est des voyageurs, il s’agit d’un concept qui avait déjà germé dans Märklin avant d’être totalement repensé et grandement simplifié pour l’extension 1902 de l’édition Deutschland. Cette fois, les passagers sont directement intégrés à la boîte, inutile de courir après une extension supplémentaire. L’idée est toute simple. En début de partie, les soixante voyageurs sont aléatoirement répartis sur le plateau en fonction du nombre de passagers initialement prévu pour chaque ville. Durant la partie, lorsqu’un joueur pose des wagons sur le plateau pour s’emparer d’une route, il peut alors récupérer un voyageur dans chacune des deux villes qu’il vient de relier. Et en fin de partie, des points bonus sont attribués aux deux joueurs qui possèdent le plus de voyageurs dans chacune des six couleurs. Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Tous ces passagers attendent des wagons pour voyager.

Pour être franc, les passagers ne changent pas vraiment la manière de jouer, mais apportent une pincée de réflexion supplémentaire à chaque coup puisque les joueurs se sentiront obligés d’épier d’un peu plus près leurs adversaires pour les empêcher de prendre les devants dans ces multiples batailles de majorité qui se déroulent simultanément. Pour le reste, on se situe dans du grand classique, sans ferry ni tunnel à gérer, mais avec des pays frontaliers à prendre en compte et qui agissent tous comme autant de voies sans issue lorsqu’ils sont connectés.

Au final, Les Aventuriers du Rail : Allemagne ne révolutionne pas la série, mais ce n’était sans doute pas l’intention de l’auteur, qui réserve comme toujours les grands bouleversements aux diverses extensions. À l’inverse, il s’agissait vraisemblablement d’offrir une nouvelle porte d’entrée pour séduire et accueillir les novices sans les effrayer par trop de règles compliquées. En l’état, Les Aventuriers du Rail conserve ici son système de jeu parfaitement rodé, qui conviendra facilement aux nouveaux venus comme aux adeptes déjà conquis par la formule. Et il faudra donc encore patienter jusqu’à la prochaine extension dédiée à la France et au grand Ouest américain (d’ores et déjà annoncée pour le mois d’octobre) pour aborder la série sous un angle réellement nouveau.

L'avis d'extralife
  1. Auteur : Alan R. Moon
  2. Illustrateur : Julien Delval
  3. Éditeur : Days of Wonder
  4. Genre : Placement
  5. Nombre de joueurs : 2 à 5 joueurs
  6. Âge recommandé : 8 ans et plus
  7. Durée de la partie : 30 - 60 min
  • S'il passera un peu inaperçu au milieu de toutes les extensions déjà en place, Les Aventuriers du Rail : Allemagne reste tout de même un point d'entrée tout à fait valable pour ceux qui ne connaîtraient toujours pas ce grand classique du jeu de société moderne. Les ajouts propres à cette version sont réellement minimes, mais suffisent à donner une couleur particulière à cette bataille ferroviaire. Précision importante pour les férus de la série : le système de passagers est grandement simplifié depuis son introduction dans Märklin et d'une certaine manière, on regrette un peu que la boîte ne permette pas de choisir entre l'ancien et le nouveau système pour donner encore plus de variété.
3

La découverte de BurgerTime aux débuts des années 80 aura clairement affecté la vie de ce grand bonhomme. Non seulement, Jihem a développé une passion pour les jeux vidéo, mais il a également choisi de s'installer au pays du hamburger. Sa mère est plutôt heureuse qu'il n'ait pas découvert les jeux avec Boogerman.

Soutenez ExtraLife

A voir aussi

Réponse