Star Realms : Guerre galactique sur fond de deckbuildingTest JDS

Star Realms : Guerre galactique sur fond de deckbuilding

Les férus de Magic et de jeux de cartes à collectionner en général connaissent certainement les noms de Darwin Kastle et de Rob Dougherty. Grands champions et acteurs majeurs de la discipline, ils décident d’unir leurs compétences et créent en 2014 Star Realms, un jeu de cartes basé sur le deckbuilding, décidément très en vogue ces dernières années.

Le set de base contient tous les éléments nécessaires pour jouer à deux. Sachez qu’il est possible de jouer jusqu’à six, à condition de rajouter des sets de base supplémentaires. Ceux-ci sont disponibles en français depuis peu, contrairement aux diverses extensions, uniquement en anglais. Enfin, sachez qu’il existe également une application, permettant de jouer en ligne ou contre l’IA, notamment dans le cadre d’un mode Campagne divisé en plusieurs missions.

Star Realms met en scène un univers spatial dans lequel quatre factions s’opposent. Les joueurs posent tour à tour des cartes, d’abord neutres, puis appartenant à l’une ou l’autre faction, afin d’asseoir leur suprématie et d’établir un nouveau royaume galactique. Le système de jeu s’appuie sur trois ressources essentielles : le commerce (symbole jaune), le combat (icône rouge) et l’influence (picto vert). Le commerce permet d’acheter des vaisseaux et des bases spatiales parmi les cinq cartes posées au centre de la table, qui composent la ligne d’achat. Le combat représente la quantité de dégâts que les joueurs infligent à leur adversaire. Enfin, l’influence constitue la réserve de points de vie de chaque protagoniste, le but étant, bien évidemment, de la réduire à zéro.

star_realms_004

En haut à droite : le coût de la base. Première rangée : l’action primaire. Deuxième rangée : l’action retirer (effet lorsque vous sacrifiez la carte).

Au début de la partie, votre main n’est composée que de vaisseaux de base. En les posant sur la table, vous engrangez un certain nombre de points de commerce et de combat, que vous pouvez utiliser pour recruter des unités plus performantes à partir de la ligne d’achat et pour infliger des dégâts. Les vaisseaux acquis sont placés directement dans la défausse. Cela fait, vous devez défausser toutes les cartes jouées ainsi que votre main puis piocher cinq nouvelles cartes. Il convient donc d’optimiser au maximum les points de commerce et de combat, car ceux-ci sont perdus à la fin du tour. Lorsque votre deck est vide, vous mélangez votre défausse pour constituer une nouvelle pioche, qui intègre désormais les vaisseaux et les bases que vous avez achetés précédemment. C’est ainsi qu’au fil de la partie, vous disposerez d’une flotte de plus en plus dévastatrice. En effet, ces cartes disposent entre autres d’effets particuliers, appelés actions primaires, qui permettent par exemple de piocher, de faire défausser des cartes à votre adversaire ou tout simplement de cumuler un grand nombre de points de combat ou de commerce. Certaines octroient même des bonus lorsque vous les sacrifiez.

star_realms_003

Un exemple parfait d’une carte Blob : peu coûteuse mais infligeant de gros dégâts.

Comme vous pouvez le constater, Star Realms est un jeu de deckbuilding extrêmement classique, développant des mécaniques simples mais efficaces. L’objectif principal est de gérer correctement ses ressources tout en choisissant judicieusement ses vaisseaux pour former l’armée la plus puissante possible. À ce sujet, chaque faction dispose d’une orientation de gameplay qui lui est propre et implique d’adopter une stratégie différente. Les Blobs (couleur verte) peuvent retirer du jeu des cartes de la ligne d’achat et infligent de lourds dégâts. La Fédération du Commerce (bleu), plus défensive, est la seule faction capable de redonner des points d’influence. L’empire Galactique (jaune), quant à lui, permet généralement de piocher ou de faire défausser votre ennemi, limitant ainsi son champ d’action. Enfin, le Techno-Culte (rouge) accélère la construction de votre deck en vous donnant la possibilité de retirer du jeu des cartes de votre main ou de votre défausse. Elle s’appuie également sur l’ingénierie pour construire des bases spatiales redoutables. D’ailleurs, ne négligez pas ce type d’unités, car non seulement elles restent sur la table d’un tour à l’autre (à moins d’être détruites), octroyant ainsi des bonus tout au long de la partie, mais elles disposent bien souvent d’effets intéressants, ce qui en fait des paratonnerres efficaces voire de véritables boucliers dans le cas des avant-postes. Les parties étant plutôt courtes (une vingtaine de minutes), il est indispensable de toujours garder un œil sur sa réserve de points d’influence et d’ajuster sa stratégie en conséquence. S’il peut être tentant de recruter au sein de toutes les factions et de jouer sur tous les fronts, il ne faut pas oublier que certaines cartes bénéficient d’effets supplémentaires lorsqu’elles sont jouées conjointement avec des unités de la même faction. À vous donc d’opter pour celle(s) qui correspond(ent) le plus à votre style de jeu, tout en analysant les choix de votre opposant afin d’anticiper et de contrer ses actions futures. N’hésitez pas à acheter des cartes dont vous n’avez pas vraiment besoin simplement pour empêcher votre adversaire de développer un deck trop puissant. La victoire n’en sera que plus aisée !

L'avis d'extralife
  1. Auteurs : Darwin Kastle et Rob Dougherty
  2. Éditeur : Iello
  3. Genre : Jeu de cartes / Deckbuilding
  4. Date de sortie : 2016
  5. Nombre de joueurs : 2 joueurs, plus en ajoutant d'autres sets de base
  6. Âge recommandé : À partir de 10 ans
  7. Durée de la partie : 20 mn
  • star_realms_001Autant le dire d'emblée, Star Realms ne dispose pas des mêmes atouts que ses concurrents, à commencer par la gamme Legendary (qui se base sur les licences Marvel, Aliens ou encore Predator). Un peu trop timide en termes de mécaniques et trop léger quant à son univers et son thème, le jeu de Darwin Kastle et de Rob Dougherty compense par sa simplicité, son accessibilité et son dynamisme et livre au final une expérience de jeu agréable. Ainsi, il constitue un point d'entrée parfait dans le monde du deckbuilding et devrait, espérons-le, s'étoffer au fil des extensions.
3

A voir aussi