Masterline : Un Puissance 4 qui a du cranTest JDS

Masterline : Un Puissance 4 qui a du cran

Les voies de l’édition sont décidément impénétrables. Jonathan Bizet, promoteur immobilier de son état, décide en 2014 de créer sa propre boîte, Sofa Games. Il lance dans la foulée une campagne Ulule pour financer son premier projet, Masterline, qui s’inspire des ténors du genre familial tels que Puissance 4. Présenté ainsi, le jeu peut paraître banal, mais vous auriez tort de passer à côté. Explications.

Masterline est un jeu de connexion abstrait dans lequel deux joueurs doivent aligner une rangée de cinq rouages de leur couleur (argent ou cuivre). Au début de la partie, chaque participant dispose de quatre cartes sur lesquelles sont représentés des demi-rouages. La première carte de la pioche est retournée face visible au centre de la table et sert de point de départ. Le premier joueur choisit alors sa couleur et pioche une carte. Il doit ensuite en poser une en respectant les couleurs des rouages. Dès qu’un protagoniste aligne cinq rouages complets de sa couleur durant son tour (horizontalement, verticalement ou en diagonale), il remporte la partie. Classique, mais efficace.

Masterline_001

La carte du milieu est une carte « rotation ». Elle permet de tourner une carte adjacente d’un quart de tour vers la gauche, toujours en respectant le code couleur des rouages.

En réalité, les choses sont bien plus complexes et des effets spéciaux viennent pimenter le déroulement du jeu. Par exemple, certaines cartes permettent, une fois jouées, de faire tourner une carte adjacente d’un quart de tour, brisant ainsi une chaîne de rouages ou au contraire, complétant une rangée de couleur. Il existe également des cartes « joker » bicolores et des cartes « cadenas », insensibles à l’effet de rotation. Une fois tous ces éléments assimilés, on comprend rapidement qu’une partie n’est jamais gagnée d’avance et que les revirements sont fréquents.

C’est là que réside tout l’intérêt de Masterline. Il est primordial de rester en permanence sur le qui-vive et d’anticiper les actions de son adversaire afin de ne pas se faire surprendre. Pensez donc à bloquer votre opposant dès qu’il aligne deux ou trois rouages, sous peine d’être débordé. La stratégie agressive qui consiste à créer plusieurs débuts de rangées le plus rapidement possible est particulièrement efficace. Une fois sur la défensive, il vous faudra faire preuve d’ingéniosité, analyser toutes les possibilités offertes par votre main ou compter sur la chance pour revenir dans la partie. Chaque carte jouée doit être le fruit d’une mûre réflexion, afin d’optimiser son coup sans pour autant avantager son rival. En définitive, le jeu se révèle bien plus stratégique qu’il n’y paraît et propose une palette de mécaniques favorisant l’interaction et les retournements de situation. Des ingrédients indispensables à tout bon jeu à deux.

L'avis d'extralife
  1. Auteur : Jonathan Bizet
  2. Illustrations : Gwen Vibancos
  3. Éditeur : Sofa Games
  4. Genre : Connexion / Réflexion
  5. Date de sortie : 2015
  6. Nombre de joueurs : 2 joueurs
  7. Âge recommandé : À partir de 7 ans
  8. Durée de la partie : 15 mn
  • Masterline_002Masterline est l'archétype du jeu rapide à expliquer et à comprendre. Les parties sont courtes et s'enchaînent avec plaisir. Son format de poche, idéal pour ce type d'expérience, permet de l'emporter n'importe où et s'adapte à toutes les situations. Même si son système de jeu reste simple et s'avère peu original, le bébé de Jonathan Bizet vise juste et touche un public très large, grâce à des mécaniques exploitées à bon escient.
4

A voir aussi

4 commentaires

  1. Garrett
    1 avril 2016 à 13 h 28 min

    La routourne va tourner.
    Merci pour le test !

  2. Galiat
    2 avril 2016 à 0 h 23 min

    Sympa. J’aimerai bien tester !

  3. valbrise
    3 avril 2016 à 23 h 13 min

    Ce jeu était offert par Philibert en décembre. Je l’ai donc testé et vite rangé… Je l’ai trouvé ennuyeux et pas terrible niveau illustrations. En jeu « d’apéro », il y a mieux !

    1. Sylhas
      6 avril 2016 à 11 h 24 min

      Mmmh, je ne le perçois pas comme un jeu apéro, perso ^^

Réponse