Fire Emblem Fates : Révélation – La vraie conclusionTest JV

Fire Emblem Fates : Révélation – La vraie conclusion

En choisissant de développer un T-RPG aussi dense que Fire Emblem Fates sous la forme d’un triptyque, le studio Intelligent Systems a pris le risque de priver les joueurs les moins passionnés de la véritable conclusion de cet ambitieux épisode. Car, bien que les volets Conquête et Héritage offrent à eux-seuls une découverte largement satisfaisante de l’expérience Fire Emblem sur 3DS, ce n’est qu’en juxtaposant leurs campagnes respectives et celle du DLC Révélation que l’on peut véritablement accéder au fin mot de l’histoire. Destinée uniquement à ceux qui ont déjà parcouru au moins l’un des deux autres scénarios, et de préférence les deux, qu’apporte réellement cette troisième voie ?

Nous l’avons vu au cours des précédents tests relatifs aux versions Conquête et Héritage, la clef de voûte du scénario de Fire Emblem Fates réside dans le ralliement de notre avatar aux camps rivaux des guerriers de Nohr ou de Hoshido. Résolument anti-manichéen, le contexte du jeu nous invite ainsi à comprendre, tour à tour, les motivations respectives de ces deux royaumes qui ne sont finalement que les pions d’un complot à plus grande échelle dont le DLC Révélation nous livre justement les ficelles. En ce sens, il paraît indispensable de parcourir l’entièreté de cette troisième campagne pour accéder à une vue d’ensemble de Fire Emblem Fates, même s’il est probable que cette construction ambitieuse laissera sur le carreau les joueurs les moins motivés. Fort heureusement, la manière dont le triptyque parvient à se renouveler jusqu’à son dénouement justifie cette plongée de longue haleine dans les méandres de ce triple T-RPG et mérite que l’on y sacrifie la bonne centaine d’heures nécessaire à son exploration.

S’il n’y a guère besoin d’être très futé pour deviner que le point de départ de Fire Emblem Fates : Révélation tourne autour de la neutralité, entrevoir les enjeux qui se dessinent en arrière-plan de l’intrigue est en revanche une toute autre affaire. N’ayant évidemment nulle intention de vous spoiler, nous nous conterons toutefois d’évoquer ici les éléments les plus évidents de cette dernière campagne, car ils apparaissent également comme les plus symboliques.

Fire_Emblem_Fates_Revelation_010En ayant déjà combattu vaillamment aux côtés des Hoshidiens et des Nohriens, le joueur a non seulement appris à connaître les leaders des deux royaumes rivaux, mais il s’est aussi fatalement attaché à eux. Ce point, qui constituait déjà l’un des principaux arguments de la relance de Fire Emblem Fates via la deuxième campagne du jeu, apparaît ici comme le poumon de Révélation qui nous donne l’opportunité de côtoyer la quasi totalité des unités nohriennes et hoshidiennes rencontrées précédemment. Car, en refusant de prendre parti pour l’un des deux camps, Corrin choisit en quelque sorte de tracer son propre destin en essayant de construire une alliance basée sur l’entente entre les leaders des deux royaumes. Pas question d’aider les uns à anéantir les autres alors qu’il existe une possibilité de ramener la paix en mettant fin à la guerre sans effusion de sang. Avec le soutien indéfectible de la mystérieuse Azura, Corrin prend donc le risque de tout perdre et de se mettre à dos ses anciens frères (de sang ou de cœur) pour tenter de les rallier à sa cause, même s’il lui faut pour cela déployer des trésors d’imagination afin de leur faire entendre raison.

Autrement dit, le nombre d’unités jouables amenées à rejoindre nos troupes dans Révélation se révèle deux fois plus conséquent que dans les autres versions et ouvre des possibilités jusque-là impensables en termes de duos. En apprenant à combattre côte à côte, des personnalités aussi fortes que celles de Xander et Leo peuvent ainsi tout à fait développer des affinités inattendues avec les figures les plus inaccessibles de Hoshido, telles Ryoma ou Takumi, débloquant autant de conversations de soutien inédites qui se dévoilent sous les yeux du joueur ravi. L’amitié apparaît alors bel et bien comme la meilleure preuve d’un lien durable possible entre les deux royaumes. Seul revers de la médaille, l’impossibilité de donner à tous une chance de briller tant les recrues potentielles sont innombrables.

Déjà évoquées dans le cadre de la version Conquête, l’originalité et la diversité dont fait preuve ce Fire Emblem Fates sur le plan du gameplay et de la mise en situation font sans aucun doute partie des éléments les plus étonnants de ce triptyque. À ce niveau-là, la campagne de Révélation n’est pas en reste et tranche avec la répétitivité de la formule habituelle des autres volets de la série construits à l’ancienne. Ici, tout est fait pour nous surprendre en permanence, les maps prenant un malin plaisir à mettre en jeu des pièges ou des mécanismes souvent déstabilisants dans le cadre d’un « simple » T-RPG. Grâce aux veines dragunaires, l’une des spécificités de Fire Emblem Fates, le jeu parvient en effet à incorporer dans le déroulement des batailles des interactions qui sont véritablement en mesure d’inverser l’issue des missions. Ici, on se surprend à évoluer à tâtons sur une carte plongée dans le noir et truffée de pièges, à se frayer un chemin dans un environnement envahi par la glace, à chercher un passage de bateaux en bateaux sur une mer gelée, ou encore à déplacer des ponts aériens pour progresser sans le recours aux montures volantes. Les veines dragunaires sont là pour nous permettre tantôt de contrôler des éruptions volcaniques, tantôt de faire refluer l’eau des rivières ou d’activer des sceaux qui nous obligent parfois à déployer nos troupes au risque de les isoler. On trouve même une zone constituée de dalles colorées qui déclassent ou promeuvent les unités ennemies selon leur couleur ! De cette manière, le titre parvient habilement à échapper aux routines classiques du T-RPG en nous plaçant dans des situations de handicap qui font tout le sel de Révélation.

Fire_Emblem_Fates_Revelation_011En plus d’offrir deux fois plus de héros à même de rallier notre équipe, parents et enfants nohriens et hoshidiens, cette campagne induit logiquement un plus grand nombre de structures à développer dans notre base et surtout la possibilité de choisir la promotion de notre avatar entre deux variantes reprenant le style de Nohr ou celui de Hoshido. La base reste de toute façon le lieu privilégié pour afficher sa préférence aux couleurs de l’architecture orientale ou occidentale propre à chacun des deux royaumes, même si cela n’empêche en rien de profiter de l’expérience des leaders des deux camps en combat. Et si la démultiplication des troupes pourrait laisser entrevoir une diminution du challenge global, il n’en est rien, tant les missions s’évertuent à nous placer dans des situations retorses. À vrai dire, la difficulté de Révélation n’a pas grand-chose à envier à celle de Conquête, si ce n’est que cette campagne a la générosité de nous donner accès aux batailles optionnelles (Défis et Reconnaissance) qui nous permettent de développer nos unités en marge de la trame principale. Bien sûr, la présence d’options visant à contourner les contraintes légendaires de la série (mort définitive des personnages) en activant la résurrection automatique en fin de chapitre, voire en fin de tour, permet à chacun de jouer dans les conditions de son choix pour atteindre la fin du jeu. Une seule question demeure à l’issue de cette immense fresque : quelle sera la prochaine étape de l’évolution de la série ? Nul doute que ses créateurs ont en tout cas bien saisi l’importance de remodeler et de moderniser cette franchise qui reste encore aujourd’hui l’un des maillons les plus convaincants du genre.

L'avis d'extralife
  1. Développeur : Intelligent Systems
  2. Editeur : Nintendo
  3. Genre : T-RPG
  4. Support : 3DS
  5. Date de sortie : 9 juin 2016
  6. Site officiel : https://www.nintendo.fr/
  • Fire_Emblem_Fates_Revelation_jaquetteDavantage que la seule perspective du dénouement narratif qu'elle est censée nous offrir, la campagne de Fire Emblem Fates : Révélation vaut surtout pour son casting de héros hallucinant et les duos inédits qu'elle nous donne à expérimenter. Encore plus surprenant dans son déroulement que les épisodes Héritage et Conquête, Révélation mérite bien plus que l'appellation de simple DLC tant il fait jeu égal avec les deux autres versions et les complète admirablement. Une vraie conclusion qui mérite que l'on s'investisse pleinement dans chacune des trois parties de cet excellent triptyque.

4

A voir aussi

1 commentaire

  1. Galiat
    6 septembre 2016 à 0 h 41 min Répondre

    Ca à l’air vraiment pas mal ! Bon, après, faut se faire les 3 jeux pour juger. Mais ça à l’air bien fun !