Hue : Colore le mondeTest JV

Hue : Colore le monde

Les meilleures surprises sont celles que l’on ne voit pas venir, n’est-ce pas ? C’est le cas de Hue, aperçu au détour d’une boutique en ligne en cherchant totalement autre chose. Développé par Fiddlesticks, et semble-t-il le premier jeu du studio, Hue fait dans le puzzle-platformer. C’est vrai, le genre est déjà inondé de bons titres : Braid, Fez, Teslagrad ou The Swapper pour ne citer que les plus connus. Comme ses illustres ainés, Hue se doit donc de proposer une idée forte pour tirer son épingle du jeu et espérer se faire une place dans le paysage vidéoludique. Hélas parfois, une idée forte ne suffit pas. Alors comment se démarquer au milieu d’une forêt de jeux déjà si dense ? La réponse semble bête, mais elle est pourtant évidente. Il faut être vu, imposer un véritable contraste pour afficher son identité, et tout simplement montrer que l’on existe.

Qu’on le veuille ou non, la vieille formule « Ce que l’on ne voit pas, n’existe pas » s’impose comme une cruelle vérité au marché des jeux vidéo. Si Hue ne peut échapper à cette dure loi, il a au moins l’intelligence d’exploiter cette idée. Il en fera même son idée maîtresse, celle qui lui permettra éventuellement de se démarquer. Voyez-vous, Hue base l’intégralité de son gameplay sur la capacité du petit héros à changer la couleur de l’arrière plan de la zone où il se trouve. À quoi bon ? Je viens de vous le dire. Modifier le fond, c’est créer un contraste avec le premier plan pour éventuellement faire apparaître, ou plutôt exister, des objets jusque-là invisibles. En toute logique, une porte orange restera totalement invisible au milieu d’un arrière plan orange. Peignez la pièce en violet et, ô magie, voilà que la jolie porte orange se dévoile. Créer un contraste pour exister. C’est exactement ce que nous disions plus haut.

hue_0005En début de parcours, le petit Hue n’a accès qu’à une couleur, mais il obtient assez vite une seconde teinte, puis une troisième, et ainsi de suite jusqu’à posséder les sept couleurs de l’arc-en-ciel, et même une huitième teinte bonus. Ainsi équipé, le garçon a tout ce qu’il lui faut pour parcourir les niveaux en suivant les missives laissées par sa maman. S’il faut un peu de dextérité pour s’en sortir, c’est aussi et surtout un défi intellectuel qui attend Hue au fil d’une progression découpée en multiples salles qu’il peut réinitialiser à loisir s’il le faut. Jongler entre les couleurs demande bel et bien un petit exercice mental pour faire apparaître des portes ou des caisses à pousser, ou au contraire faire disparaître des obstacles gênants. Il n’y a d’ailleurs pas d’ennemis à combattre, juste des épreuves à franchir, les unes après les autres. Au final, l’aventure dure un peu moins de quatre heures, mais ces quatre petites heures sont pleinement satisfaisantes. Plus longue, l’aventure aurait probablement souffert de temps mort ou de puzzles redondants ; plus courte, et nous serions potentiellement restés sur notre faim.

hue_0007Porté par une direction artistique originale parfaitement adaptée au propos, et par une partition faisant la part belle au piano, Hue trouve facilement une place de choix dans le monde du puzzle platformer. Nous n’en avons pas discuté ici afin de ne pas teinter votre interprétation du jeu dans un sens ou dans l’autre, mais Hue propose aussi un message derrière ses puzzles. Chacun pourra donc lire ce qu’il souhaite dans cet arc-en-ciel interactif. D’ailleurs, pour être certain de réellement inclure tout le monde, Hue propose logiquement une option pour embarquer les joueurs daltoniens sur son joli voyage chromatique, qui devient du coup un voyage encore plus symbolique qu’il ne l’est déjà puisque chaque couleur se trouve alors associée à un petit pictogramme pour apprécier l’étendu de son nuancier.

L'avis d'extralife
  1. Développeur : Fiddlesticks
  2. Editeur : Curve Digital
  3. Genre : Puzzle / Plates-formes
  4. Supports : PC, Mac, PS4, Xbox One
  5. Date de sortie : 30 août 2016
  6. Site officiel : http://huethegame.com/
  • hue_boiteHue est un jeu au gameplay malin et en total symbiose avec ses différents niveaux de lecture. Son idée de départ toute simple donne lieu à une aventure colorée touchante et attachante – une petite parenthèse enchantée que l'on s'approprie en y apposant son propre regard pour lui permettre d'exister, comme une page blanche que l'on colore pour donner naissance à un joli tableau. Alors oui, les meilleures surprises sont celles que l'on ne voit pas venir, mais n'allez surtout par retourner cet argument contre Hue sous prétexte que nous venons justement de vous le recommander. Surprise ou pas, Hue est un titre qui mérite toute votre attention.
4

La découverte de BurgerTime aux débuts des années 80 aura clairement affecté la vie de ce grand bonhomme. Non seulement, Jihem a développé une passion pour les jeux vidéo, mais il a également choisi de s'installer au pays du hamburger. Sa mère est plutôt heureuse qu'il n'ait pas découvert les jeux avec Boogerman.

Soutenez ExtraLife

A voir aussi