Snake Pass : Le serpent qui se mord la queueTest JV

Snake Pass : Le serpent qui se mord la queue

En matière d’actualité vidéoludique, on peut affirmer sans se tromper que les derniers mois ont été particulièrement chargés. Entre Resident Evil 7, Nioh, For Honor, Horizon, NieR Automata et bien sûr le dernier Zelda, les joueurs ont eu leur dose de AAA et ont de quoi alimenter leur passion pour un certain temps. Dans ce contexte particulièrement difficile pour la scène indépendante, le studio Sumo Digital n’hésite pas à sortir Snake Pass, un jeu de plates-formes dans lequel nous incarnons (littéralement) un serpent, qui pourrait bien constituer une alternative intéressante à un certain Yooka-Laylee, fils spirituel de Banjo-Kazooie.

Cette association n’est pas anodine, tant Snake Pass rappelle les productions animalières de Rare : héros mignon, univers aux couleurs chatoyantes, musiques entraînantes (composées d’ailleurs par David Wise, qui collabore depuis de très nombreuses années avec le studio britannique), etc. On aborde donc Snake Pass sourire aux lèvres, d’autant plus que ses mécaniques de gameplay sont prometteuses : incarner un serpent jusque dans ses moindres ondulations. À ce sujet, le défi est relevé haut la main par les développeurs. Le jeu demande réellement de se mettre dans la peau du reptile et de concevoir l’environnement comme tel. Concrètement, trois touches sont assignées aux déplacements de Noodle (oui, notre héros s’appelle « nouille ») : la gâchette droite sert à avancer, la gauche à resserrer son étreinte (autour d’un bout de bois, par exemple) et le bouton A (sur le pad Xbox) à surélever le haut du corps pour grimper ou passer au-dessus de certains obstacles ; le stick gauche, quant à lui, permet de changer la direction du serpent. La prise en main n’est pas immédiate, surtout lorsqu’il s’agit de combiner l’ensemble de ces actions pour progresser. Snake Pass demande clairement un bon sens de la coordination et une certaine dextérité. Mais au bout de quelques niveaux, le contrôle de Noodle devient presque naturel et l’on devient vite un expert de la reptation.

Malheureusement, ce plaisir est très rapidement gâché, voire occulté, par les récurrents problèmes de caméra : celle-ci perd régulièrement les pédales en affichant tantôt un élément du décor dans le champ de vision ou en choisissant un angle inapproprié pour progresser. Certes, il est possible d’ajuster l’angle avec le stick droit, mais l’exercice s’avère particulièrement difficile lorsque deux doigts de chaque main sont dédiés au déplacement. Si l’on ajoute à cela les checkpoints souvent mal placés et l’absence de sauvegarde intermédiaire lorsque vous ramassez des pierres (conditions sine qua non pour finir un niveau), il y a fort à parier que votre budget manettes prenne un sacré coup. Le level design, trop classique et plutôt redondant, vient ternir un tableau déjà bien gris. Au final, c’est le goût amer de la déception et de la frustration qui reste en bouche une fois la quinzaine de niveaux terminée…

L'avis d'extralife
  1. Développeur/Éditeur : Sumo Digital
  2. Genre : Plates-formes
  3. Date de sortie : 28 mars 2017
  4. Supports : PS4, Xbox One, PC, Switch
  5. Site officiel : www.snake-pass.com
  • Snake Pass disposait de solides arguments pour faire un bon jeu. L'idée d'incarner (au sens propre) un serpent était bonne et les sensations manette en main sont particulièrement convaincantes, notamment grâce à une gestion plutôt satisfaisante de la physique. Malheureusement, le bébé de Sumo Digital souffre de lourds défauts qui empêchent d'en apprécier toute la saveur et prennent le pas sur le reste. Le studio accouche donc d'un titre à fort potentiel, mais il n'a pas su l'exploiter à sa juste valeur.
2

A voir aussi

1 commentaire

  1. Demystificator
    14 avril 2017 à 17 h 01 min

    Moi j’aime bien le jeu mais je le trouve assez tordu.

    Cependant, j’incriminerai pas la caméra comme j’ai pu lire beaucoup de gens mais plutôt les contrôles.

    Le fait que le serpent aille toujours dans le même sens que la caméra pose de gros soucis sur certaines manoeuvres.
    Ca implique que si on veut maintenir la tête du serpent à droite d’un obstacle pour s’enrouler autour ; mais qu’on bouge la caméra pendant l’opération, le serpent peut se mettre à changer de direction et finir par juste glisser du mauvais côté résultant en une chute.

    S’ils avaient établi que la touche droite, soit la droite du serpent, quel que soit le sens de la caméra (contrôles qu’on peut voir sur les micro machines/micro maniacs) auraient permis une meilleure appréhension je pense.

    L’autre bémol ; c’est que sur PC, je n’ai pas trouvé le moyen de changer les touches de clavier, rendant la manette obligatoire. Seulement, additionner le souci de la caméra que j’évoquais plus haut à un joystick analogique… cela va continuer à demander à se forcer à des mouvements contre-intuitifs.

    Maintenant le jeu a une ambiance agréable et une plateforme complétement inédite. S’ils font un Snake Pass 2 ; il est possible qu’il soit comparable à un Mario Galaxy tant il propose un gameplay unique.

Réponse