Colt Express : Le train n’a pas fini de sifflerTest JDS

Colt Express : Le train n’a pas fini de siffler

Impossible de passer à côté du phénomène Colt Express. Depuis sa sortie en octobre dernier, le jeu de Christophe Raimbault rafle les prix les plus prestigieux, de l’As d’or au Spiel des Jahres. Succès mérité ou triomphe démesuré ? Pour y répondre, montons à bord du train pour une petite virée dans le Far West.

Colt_express05

Voici à quoi ressemble la reconstitution du train faisant office de plateau de jeu.

Colt Express vous met dans la peau d’un gangster et votre objectif, comme tout bon hors-la-loi qui se respecte, est de vous remplir les poches de billets verts et de précieux bijoux. Pour se faire, quoi de mieux que de braquer un train et de dépouiller ses voyageurs ? Mais attention, pour devenir le plus riche et accéder à la gloire, il va falloir faire parler la poudre (indispensable pour décrocher le titre d’as de la gâchette et 1000 $ de bonus) et éviter à tout prix le marshal, chargé de la protection des passagers.

Commençons par saluer le travail effectué sur le matériel, particulièrement réussi. En guise de plateau de jeu, Colt Express propose une reconstitution en carton et en 3D d’un train de l’époque, dans laquelle les joueurs évolueront tout au long de la partie. L’idée n’est certes pas révolutionnaire mais apporte une touche d’authenticité fort appréciable. Les illustrations de Jordi Valbuena sont réussies et garantissent une immersion totale. En bref, d’un point de vue purement esthétique, le jeu édité par Ludonaute n’a quasiment rien à se reprocher. Mais qu’en est-il de ses mécaniques ?

Colt_express03

Gare au marshal !

Une partie de Colt Express se déroule en cinq tours, divisés en deux phases : programmation et résolution. Durant la première phase, les joueurs forment une pile en posant chacun leur tour des cartes. Ces dernières symbolisent les actions qu’ils vont accomplir par la suite : déplacements (pion du joueur ou du marshal), braquage, coup de poing, tir. Ils ont également la possibilité de piocher trois cartes afin de renforcer leur main. Au bout d’un certain nombre de tours de table, les actions sont résolues une par une, dans l’ordre dans lequel elles ont été jouées. Ainsi, il vous faudra faire preuve d’ingéniosité pour atteindre votre objectif, tout en essayant de deviner la stratégie de vos ennemis afin de les ralentir ou de les éviter. Votre adversaire va-t-il vous donner un coup de poing pour vous faire lâcher un butin (choisi au hasard) et vous repousser dans le wagon adjacent, vous tirer dessus pour encombrer votre main d’une balle ou encore fuir en montant sur le toit du train ? Si dans la majorité des cas, un peu de mémoire suffit à connaître les intentions malsaines de vos rivaux, la donne change complètement lors des tours de table où les cartes sont jouées face cachée…

Colt_express01

Une belle brochette de hors-la-loi !

Certes, cette mécanique apporte un peu de suspense et pimente les parties, mais elle est bien souvent synonyme de chaos. En effet, comment prévoir les actions adverses lorsque celles-ci sont jouées secrètement ? Il n’est donc pas rare de perdre totalement le contrôle de la partie, d’être pris dans un engrenage infernal et de se retrouver dans l’impossibilité de retourner la situation à son avantage : un coup de poing non anticipé et vous vous retrouvez pris entre deux feux, essuyant inexorablement les tirs des autres gangsters. À cela s’ajoute une certaine répétitivité au fil des tours, le nombre d’actions étant relativement limité et les cartes identiques d’un joueur à l’autre. Le seul élément différenciant les braqueurs est leur capacité spéciale, qui souffre malheureusement d’un déséquilibre important. En effet, tirer à travers le plafond comme le fait Tuco est bien peu de choses comparé à la fourberie de Ghost, ayant la possibilité de jouer sa première carte face cachée, pour semer encore plus la confusion. Dommage car sans tous ces défauts, Colt Express pourrait faire office d’incontournable lors de soirées de détente entre amis. Gageons que les prochaines extensions, dont la première est prévue en octobre prochain, sauront apporter ce petit plus qui manque au jeu pour pleinement mériter les récompenses qu’il a obtenues.

L'avis d'extralife
  1. Auteur : Christophe Raimbault
  2. Illustrateur : Jordi Valbuena
  3. Editeur : Ludonaute
  4. Genre : Programmation
  5. Date de sortie : 2014
  6. Nombre de joueurs : 2 à 6 joueurs
  7. Age recommandé : À partir de 10 ans
  8. Durée de la partie : 45 mn

L'avis de Sylvain

  • Colt_express_boiteColt Express s'avère finalement être une petite déception. Si l'on apprécie son esthétique générale et la simplicité de ses règles, on ne peut s'empêcher de pester contre le manque de maîtrise sur le déroulement d'une partie, qui s'accroît avec le nombre de joueurs. Cela étant dit, les joueurs prêts à accepter un peu de chaos pour privilégier le fun qui en découle trouveront leur compte et enchaîneront les parties avec plaisir.
3
  • L'avis de Clément

A voir aussi

3 commentaires

  1. Fry
    7 septembre 2015 à 13 h 46 min

    Ce jeu me tente bien malgré ses quelques points négatifs.

    1. _TNT_
      _TNT_
      8 septembre 2015 à 20 h 12 min

      tout pareil

  2. Nostromo
    Nostromo
    2 octobre 2015 à 15 h 04 min

    Quand on fait une soirée bien arrosée et que les règles des autres jeux semblent tellement hardcore bah hop! Un colt express, c’est WTF ça se prend pas la tête, ok la chance à une grande importance mais on rigole et finalement on passe une bonne soirée.

Réponse