Bayonetta – Ma sorcière bien-aimée, plus belle que jamaisTest JV

Bayonetta – Ma sorcière bien-aimée, plus belle que jamais

Encensé par la critique, Bayonetta n’a malheureusement pas rencontré le succès qu’il méritait lors de son arrivée sur Xbox 360 et PS3 en 2010. Jeu de niche ? Héroïne et univers trop décalés ? Les raisons de son « échec » sont multiples. Une suite semblait donc compromise, mais PlatinumGames parvient à un accord avec Nintendo et accouche d’un second volet sur Wii U quatre ans plus tard, en combo avec un remaster de qualité du premier opus. Là encore, les ventes sont modestes, notamment à cause du parc restreint de consoles. Alors que l’on imaginait la sorcière dans un sommeil dont elle ne se réveillerait jamais, la voici qui signe son retour sur Steam, en se parant de ses plus beaux atours (4K/60 fps). Un come back plus que convaincant, puisque le titre s’écoule à plus de 100 000 exemplaires une semaine après sa sortie. Gamers, gameuses, l’occasion est trop belle, venez (re)découvrir le chef d’oeuvre d’Hideki Kamiya qui, n’ayons pas peur des mots, n’a toujours pas trouvé son égal sur la scène pourtant remplie du beat’ em all.

La magie fait partie intégrante de l’univers de Bayonetta, dans lequel les sorcières de l’Umbra et notre héroïne mènent une lutte sans merci contre les sages de Lumen. Plongée dans un profond sommeil, Bayonetta se réveille des années plus tard, totalement amnésique. Mais son chemin recroise très rapidement celui des anges et elle se voit contrainte de reprendre les armes. Inutile de s’attarder plus longuement sur le scénario, extrêmement classique pour ne pas dire dénué d’intérêt. Retenons plutôt l’humour complètement décalé de l’héroïne, qui enchaîne les punchlines à prendre au deuxième voire au troisième degré, ainsi que les nombreux clins d’œil à différents titres tels que Okami, MadWorld, Resident Evil 4 et même Assassin’s Creed.

Mais ce qui mérite réellement de retenir toute notre attention, c’est le gameplay, qui cristallise à lui seul toute la puissance du jeu et le savoir-faire du studio PlatinumGames. En s’appuyant sur un panel d’actions classiques (attaques avec les poings, les pieds et les armes), les développeurs sont parvenus à créer un système de combos d’une richesse inégalée. Les joueurs commenceront par matraquer les touches pour effectuer les enchaînements de base, puis tenteront d’y inclure les changements d’armes, les techniques apprises au fil de la progression, les invocations, etc. Et n’oublions pas l’esquive, véritable modèle du genre. En effet, notre héroïne est capable d’éviter les attaques adverses en plein enchaînement, puis de repartir à l’assaut sans aucun temps mort. Le jeu offre donc des scènes de combat d’une fluidité et d’une intensité inouïes. Enfin, les plus acharnés apprendront à maîtriser la notion de timing, qui ouvre la voie à une nouvelle palette de mouvements et qui vient parfaire un gameplay unique, où la marge de progression est énorme.

Les effets spéciaux, qui peuvent paraître trop prononcés de prime abord, transcendent en réalité l’action et la rendent plus lisible, particulièrement sur PC. En effet, même si l’on était en droit d’attendre un relifting plus poussé, les textures sont plus fines et le rendu global est plus agréable que par le passé. L’expérience n’en est donc que plus jouissive…

L'avis d'extralife
  1. Développeur : PlatinumGames
  2. Éditeur : Sega
  3. Genre : Beat' em all
  4. Date de sortie : 11 avril 2017
  5. Support : PC
  • Quel plaisir d'incarner à nouveau la sorcière de l'Umbra ! Sept ans après la sortie de l'opus original, l'expérience de jeu est intacte, et même transcendée par un portage PC qui certes, se montre quelque peu paresseux, mais respecte le cahier des charges annoncé et permet une meilleure appréciation et une meilleure lisibilité de l'action. Véritable mètre-étalon du genre, Bayonetta a pris quelques légères rides, mais figure toujours au Panthéon de la scène beat' em all, toutes générations confondues.
5

A voir aussi